fr

Une étude révèle les racines évolutionnaires de la mort cellulaire programmée

Des chercheurs financés par l’UE ont découvert que certains des mécanismes génétiques responsables de la mort cellulaire programmée sont similaires chez les végétaux et les

Des chercheurs financés par l’UE ont découvert que certains des mécanismes génétiques responsables de la mort cellulaire programmée sont similaires chez les végétaux et les animaux. D’après les résultats publiés dans la revue Nature Cell Biology, la mort cellulaire programmée a émergé bien avant que les voies évolutionnaires des végétaux et des animaux ne se séparent il y a près d’un milliard d’années.

Ces résultats sont importants car si la mort cellulaire programmée (également appelé apoptose) ne se déroule pas correctement, les résultats peuvent se révéler catastrophiques. Par exemple, lorsque les cellules ne parviennent pas à déclencher l’apoptose, elles se multiplient et forment des tumeurs cancéreuses. D’un autre côté, certains troubles neurologiques tels que la maladie de Parkinson sont dus à la mort d’un trop grand nombre de cellules.

Les végétaux se régulent également à la mort de leurs cellules, mais jusqu’à présent, les chercheurs pensaient que les processus contrôlant l’apoptose étaient totalement différents chez les végétaux et les animaux.

Dans cette étude, des chercheurs originaires d’Espagne, de Finlande, de Suède et du Royaume-Uni ont étudié une protéine appelée nucléase Tudor-SN (TSN, de l’anglais Tudor staphylococcal nuclease) chez des souris, des humains, l’épicéa d’Europe et l’Arabidopsis thaliana (ou l’arabette de Thalius). Pour la première fois, leurs recherches ont révélé que la destruction de TSN jouait un rôle important dans le mécanisme d’apoptose chez les végétaux et les animaux.

Au cours de la mort cellulaire programmée, TSN est décomposé par des protéines appelées les caspases. Les végétaux sont dépourvus de caspases, mais possèdent des protéines similaires appelées métacaspases, également impliquées dans le processus de mort cellulaire. Les chercheurs ont découvert que chez les végétaux, TSN est décomposée par ces métacaspases.

A to już wiesz?  Dostawy szczepionek do państw UE ruszą pełną parą w II kwartale. Wtedy może pojawić się problem z wydolnością systemu szczepień

L’équipe a également découvert que TSN est essentielle pour le développement des embryons et du pollen chez l’Arabidopsis thaliana; autrement dit, TSN jouerait un rôle important dans la prévention de la mort cellulaire programmée chez les cellules ne devant pas mourir.

«Nos résultats […] montrent que malgré la divergence des végétaux et des animaux à partir d’un ancêtre commun il y a environ un milliard d’années, et en dépit des différentes voies d’apoptose, les deux espèces ont conservé un mécanisme compromettant la viabilité cellulaire par la division d’un substrat identique, à savoir TSN», concluent les chercheurs.

Le soutient de l’UE pour ces travaux de recherche provenait de projets financés au titre des sixième et septième programmes-cadres (respectivement 6e PC et 7e PC).

Pour de plus amples informations, consulter:

Nature Cell Biology:
http://www.nature.com/naturecellbiology

Conseil de recherche suédois:
http://www.vr.se/english/

LIRE EGALEMENT: 26926, 28004, 29726, 29879

Catégorie: Résultats de projets
Source des informations: Conseil de recherche suédois; Nature Cell Biology
Référence du Document: Sundström, J. F. et al. (2009) Tudor staphylococcal nuclease is an evolutionarily conserved component of the programmed cell death degradome. Nature Cell Biology (sous presse), publié en ligne le 11 octobre. DOI: 10.1038/ncb1979.
Codes de Classification de l’Index des Sujets: Coordination, coopération; Sciences du vivant; Médecine, santé; Recherche scientifique

RCN: 31353

http://cordis.europa.eu/fetch?CALLER=FR_NEWS&ACTION=D&SESSION=&RCN=31353